- - -
 
1536 .
ALIDZ .

11812 2179
:
:
:: 

 | 
 

  .

         
nasr


avatar

: 732
: 29
/ : /
:
: 329
: 07/09/2008

: .     6 2008 - 11:40


  1. Combien dannes les dchets FA-VL stocks resteront radioactifs ?

    • Ces dchets sont dits " vie longue" et la conception du stockage en tient compte.
    • La radioactivit totale des dchets aura dcru pratiquement dun facteur 100 au bout de 10 000 ans et dun facteur 1 000 au bout de 100 000 ans. Par exemple : lactivit lie au carbone 14, radionuclide le plus actif des dchets de graphite, sera divise par 1 000 aprs 60 000 ans. Certains radionuclides (notamment des radiolments naturels constitutifs des dchets radifres) subsisteront nanmoins pendant des millions dannes, mais ils ne reprsentent quune trs faible part de lactivit totale des dchets FA-VL.

  • Ces dchets sont-ils rellement de faible activit ?

    • La notion de faible activit sentend en comparaison aux autres dchets radioactifs. Les dchets FA-VL reprsentent moins de 0.1% de la radioactivit totale des dchets radioactifs franais, contre 99% pour les dchets de haute activit et moyenne activit vie longue (HA-MAVL) destins au stockage profond.
    • Les dchets FA-VL sont des dchets radioactifs qui ncessitent donc une gestion adapte, mais leur faible activit est une ralit par rapport lensemble des dchets existants.

  • Pourquoi ne pas laisser les dchets entreposs dans des installations de surface sur leur site de production en les surveillant ?

    • Pour tre sr, lentreposage de surface sur les sites de production ncessite une surveillance et une maintenance permanentes, impliquant den laisser la charge aux gnrations futures. A contrario, le stockage est conu comme une solution de confinement des dchets pouvant devenir totalement passive (grce au milieu gologique), et ainsi ne plus constituer une charge pour les gnrations futures.
    • Pour stocker les dchets directement lendroit o ils sont produits, il faudrait disposer sur chaque site dune couche gologique dargile paisse et de qualit, compatible avec le stockage. Or, seules certaines zones en France prsentent les caractristiques gologiques indispensables pour un stockage sr sur le long terme. Par ailleurs, le regroupement sur le mme site facilite la surveillance.
    • Cest pourquoi la loi demande que soit conu un centre de stockage ddi, adapt la nature des dchets FA-VL, afin de confiner ces dchets de manire durable, sans en reporter la charge sur les gnrations futures.

  • Pourquoi ne peut-on pas stocker les dchets FA-VL dans un centre existant, en surface puisque les dchets sont faiblement radioactifs ?

    • Les centres de stockage en surface accueillent des dchets radioactifs de faible et moyenne activit vie courte dont lactivit aura trs fortement dcru au bout de 300 ans (dun facteur 1 000 ou plus pour les radionuclides vie courte ou moyenne). Ces dchets peuvent galement contenir des radionuclides priode longue (non dissociables des radionuclides priodes courtes ou moyenne), mais uniquement dans la limite des seuils trs bas fixs par le dcret dautorisation, de telle sorte que le risque rsiduel aprs 300 ans soit trs faible.
    • Le contenu des dchets FA-VL en radionuclides priode longue ne leur permet pas dtre stocks dans un centre de stockage en surface.

  • Pourquoi ne peut-on pas stocker les dchets FA-VL dans le futur centre de stockage profond puisque les dchets sont vie longue ?

    • Lactivit des dchets FA-VL ne ncessite pas que ces dchets soient stocks en couche gologique profonde (500 mtres), solution qui doit tre rserve en priorit aux dchets de haute activit et moyenne activit vie longue (HA-MAVL). Le stockage de dchets FA-VL sera donc une installation "intermdiaire" entre un stockage en surface et un stockage profond, une profondeur intermdiaire, comprise entre -15 et -200 mtres.
    • La loi du 28 juin 2006 stipule en effet que seuls les dchets radioactifs ultimes ne pouvant tre stocks en surface ou faible profondeur pour des raisons de radioprotection ou de sret nuclaire font lobjet dun stockage en couche gologique profonde".

  • Comment sont grs les dchets contenant du chlore 36 ?

    • Les dchets de graphite contiennent diffrents radionuclides, dont, en faible quantit du chlore 36. Le chlore 36 est le principal contributeur pour limpact long terme (la radioactivit du chlore 36 aura dcru de moiti au bout de 302 000 ans). Le chlore a la particularit dtre soluble. Cest le radionuclide le plus mobile des radionuclides contenus dans les dchets de faible activit vie longue. Cependant, il se dplace une vitesse trs lente dans largile :

      • 1cm tous les 10 000 ans, soit 1 mtre par million dannes, dans largile tudie au laboratoire souterrain de lAndra en Meuse/Haute-Marne
      • de lordre du cm par sicle dans dautres types dargile
      L argile recherche pour le stockage des dchets FAVL devrait se situer entre ces 2 valeurs.
    • La couche dargile pour stocker les dchets sera choisie de manire retarder au maximum le flux sortant de chlore 36 pour que limpact sur lhomme et lenvironnement soit infrieur de 10% limpact de la radioactivit naturelle.

  • Linventaire nest pas arrt aujourdhui. Quel engagement prend lAndra aujourdhui pour assurer que le centre accueillera uniquement les dchets identifis ? Lintgration ventuelle dautres dchets peut-elle remettre en cause la sret du stockage ?

    • Lobjectif du projet FA-VL est de stocker en lieu sr les dchets radifres et de graphite. Dautres dchets caractriss eux aussi par une faible activit et une vie longue sont aujourdhui tudis afin de vrifier sils peuvent galement tre stocks dans le futur centre FA-VL. Le rsultat de ces tudes est attendu en 2010 ; la dcision sera prise ce moment de les prendre ou non dans le stockage. En tout tat de cause, lintgration ventuelle dautres dchets FAVL que les dchets radifres ou les dchets de graphite ne sera possible que sils ne remettent pas en cause la sret de linstallation.

  • Comment sont prises en compte les remarques effectues par certaines instances (par exemple, la Commission nationale dvaluation ou lAutorit de sret nuclaire) ?

    • LAndra travaille en troite collaboration avec ses valuateurs. Lensemble des avis est pris en compte. Lors de la demande dautorisation de cration du centre, lAndra soumettra son dossier ces valuateurs.
    • À ce jour lASN a publi une note "dorientations gnrales de sret en vue dune recherche de site pour le stockage des dchets de faible activit massique vie longue" et la CNE a publi un rapport dans lequel elle recommande de chercher une formation suffisamment paisse et situe une profondeur suffisante pour couvrir les risques lis lrosion et la diffusion du chlore 36. LAndra a dj intgr lensemble de ces recommandations dans ses critres de choix pour le futur centre de stockage.

  • Quels sont concrtement les risques auxquels sont exposs les riverains du site ?

    • Selon la rglementation, la dose annuelle lie aux activits industrielles nuclaires ne peut dpasser 1 mSv/an pour la population, soit 40% de la dose lie la radioactivit naturelle. À titre de comparaison, une dose de 1mSv correspond 3 radiologies des poumons, ou 7 voyages aller-retour Paris/Tokyo ou Paris/San Francisco, ou encore 9 mois en rgion granitique (Bretagne, Massif central...).
    • Pour rappel, en France, en moyenne, les individus sont exposs la radioactivit dorigine naturelle hauteur de 2,4 milliSievert (mSv) par an et la radioactivit artificielle (exposition mdicale notamment) hauteur de 1.13 mSv par an.
    • Limpact des centres de stockage existants dans lAube (en exploitation) et dans la Manche (ferm, en phase de surveillance) est bien infrieur la rglementation en vigueur, de lordre du millionime de la radioactivit naturelle.
    • LAutorit de sret fixe une limite pour limpact aprs la fermeture du site FAVL de 0,25mSv/an.

  • Pourra-t-on habiter et cultiver proximit du futur stockage ?

    • Il ny aura aucun danger vivre, cultiver, pcher, chasser ou se promener proximit du futur centre de stockage.
    • Dailleurs il nexiste aucune contrainte pour lhabitat et lagriculture autour des centres de stockage de lAndra actuellement en exploitation dans lAube et en surveillance dans la Manche.
    • En tout tat de cause, lAndra effectue des analyses et prlvements de faon rgulire.

  • Les dchets stocks sont-ils rcuprables ?

    • Chaque colis stock est identifi et rfrenc de sorte quil soit possible de le rcuprer dans le cas o cette opration serait juge pertinente. La faible activit des dchets et la faible profondeur du stockage sont des lments favorables de ce point de vue.

  • Comment pouvez-vous garantir la sret du stockage FA-VL et notamment la stabilit de la couche gologique et son tanchit, pendant des centaines de milliers dannes ?

    • Les gologues savent tudier les caractristiques et le comportement de couches gologiques qui peuvent tre trs anciennes (par exemple, le Callovo-Oxfordien tudi au moyen du Laboratoire souterrain de Meuse-Haute Marne est g de 155 millions dannes).
    • Lobjectif de la campagne dinvestigations qui sera mene en 2009 et 2010 sur les sites prslectionns dbut 2009 est notamment de vrifier que les caractristiques du milieu gologique sont favorables pour la ralisation dun stockage FA-VL, en particulier pour ce qui concerne la stabilit du milieu et lhydrogologie.

  • Combien cote le projet (tudes, investigations, construction, exploitation...) ?

    • À ce stade des tudes, le cot de construction pour la mise en exploitation est estim entre 200 et 350 millions deuros. Un chiffrage plus dtaill du projet sera ralis sur la base des caractristiques des sites rels.

  • Pourquoi parler des retombes conomiques ?

    • Les installations de stockage de dchets (radioactifs ou non) souffrent du syndrome de "NIMBY" ("not in my backyard" - "pas dans mon jardin") ; personne nen veut a priori. Cependant, sagissant dun projet denvergure nationale, pouvant permettre une commune de se dvelopper, nous avons souhait parler des retombes conomiques directes de la future installation industrielle (fiscalits, nombre demplois).
    • Par ailleurs, pour permettre la collectivit candidate de se prparer laccueil dun projet dune telle denvergure (routes, coles, sous-traitance, logement,...), lEtat et les producteurs sengagent soutenir le territoire daccueil et contribuer un projet de dveloppement territorial.

  • La prsence dune telle installation ne condamne-t-elle pas limage et le tourisme local ?

    • Chaque anne, les sites de lAndra accueillent prs de 10.000 visiteurs, franais et trangers, chercheurs et grand public. Des partenariats avec les offices de tourisme proximit des centres permettent dintgrer la visite des installations dans un circuit touristique industriel et permettent ainsi aux citoyens de dcouvrir le patrimoine conomique rgional. Depuis sa cration en 2000, le Laboratoire de Meuse/Haute Marne a accueilli plus de 40 000 visiteurs.
    • Les installations de lAndra sont des sites industriels et de haute technologie ; le Laboratoire souterrain de Meuse/Haute-Marne a reu le 2me prix du Grand prix national de lingnierie 2008, qui rcompense chaque anne des ingnieurs pour la conception et la mise au point dun projet remarquable.
    • Par ailleurs, lAndra est dans un souci constant de surveillance et de respect de lenvironnement. À ce titre, lAndra collabore rgulirement et de longue date avec le Centre permanent dinitiatives pour lenvironnement (CPIE) du Pays de Soulaines dans le domaine de lenvironnement (tudes, vulgarisation scientifique, animation pour les publics jeunes...).
    </LI>



    Tlcharger
    au format PDF

  •     
    nasr


    avatar

    : 732
    : 29
    / : /
    :
    : 329
    : 07/09/2008

    : : .     6 2008 - 11:44

        
     
    .
              
    1 1

    :
     ::   ::  -